Les disparus de Belo Monte sur UshuaïaTV

A quelques mois de la mise en service complète du barrage de Belo Monte prévue d’ici 2020, Ushuaïa TV rediffuse notre documentaire « Les disparus de Belo Monte », une piqûre de rappel toujours bien utile pour démontrer que l’on pourrait vivre de la forêt sans la détruire !
Mardi 9 avril à 22h25 – Mercredi 17 avril à 02h55 – Jeudi 25 avril à 6h25 – Samedi 27 avril à 6h25 – Samedi 4 mai à 03h15

09Un travail long, difficile et passionnant qui nous a profondément bouleversés …
Le barrage de Belo Monte sur la Volta Grande do Xingu au Brésil continue inexorablement son entreprise de destruction, sur fond de crime économique, social et environnemental.
 « Les disparus de Belo Monte », 2ème volet de notre enquête, révèlera ce que sont devenus « les invisibles de Belo Monte » bien loin de l’avenir merveilleux promis par Norte Energia, le consortium maitre d’œuvre, et tous ceux qui s’efforcent de donner une fausse image d’eux mêmes, dans le but de mieux cacher ou justifier leurs malveillances.

02

Derrière le barrage de Belo Monte se sont développés des projets tous azimuts pour exploiter les ressources de cette région dans les domaines de l’hydroélectricité, du bois, de l’or… au détriment d’une population et d’un environnement animal et végétal, endémiques, indispensables à la survie de cette immense région de 800 000 ha.
Avec la mise en eau du barrage, le constat est terrible, sans appel : une destruction sociale et un véritable génocide environnemental. Les peuples du Xingu en errance totale, délocalisés, manipulés … les familles éclatent, les violences s’amplifient. la forêt est pillée, brûlée, noyée. En aval du barrage, les cours d’eau sont asséchés, les animaux meurent par milliers. La Terre est bétonnée, stérilisée à jamais. Montrer et démontrer la terrible réalité de ce barrage, un progrès qui tue la vie !
Lumineux dans leur biotope naturel, les peuples du Xingu vont se mimétiser à ce nouvel environnement stérile et violent jusqu’à se transformer …

01

La nature les structurait dans la liberté, le barrage les déséquilibre dans la dépendance.
Alors les retrouvailles prévues avec Aldécir, l’agroforestier visionnaire, Miguel, l’indien Xipayá malicieux et son fils Alikafu, le cacique militant, Damador, le ribeirinho Notre documentaire génial, Benedita, la résistante, Soccoro l’Aara, l’indienne guerrière, Manoel le garimpeiro et tous les autres, évolueront sur fond de drames et de révélations inédites, assassinat d’Alikafu, création d’une fausse aldéia, trafic de bois … Comme des poussières d’étoiles pour (r)éveiller les consciences, nous nous émerveillerons de ces tranches de vie partagées pour montrer et démontrer que l’on peut vivre de la forêt sans la détruire : cueillette de l’acaï, du cacao …
Le savoir des populations autochtones et traditionnelles reste le meilleur garant de la protection de l’Amazonie, encore faut-il que l’on fasse confiance à ceux qui en sont les dépositaires, les Peuples de la Forêt.
www.hommenature.com
television.telerama.fr/…/les-disparus-de-belo-monte-une-enq…
www.hommenature.com/les-disparus-de-belo-monte-vu-par-teler

Partagez cet article